Accueil Rando-Trek Libye, trekking en Akakus et Ubari : récit de voyage.
Accueil Rando-Trek Retour album photo Libye

Agrandir Après 8 heures d'avion et un « petit » détour par Agadez (Niger), me voici posé à Ghat, petite ville du sud-ouest libyen de 4500 habitants. La Libye est un pays qui s'est récemment ouvert au tourisme et le sud libyen, c'est le désert par excellence. Encore assez peu de monde est passé par là et l'aéroport de Ghat en témoigne par son équipement des plus sommaire. Je suis là pour 2 semaines de marche dans le désert. Après les formalités administratives, je retrouve le groupe et Boubakar qui sera notre guide pour les 2 semaines.
Au menu de la première semaine, les falaises et le labyrinthe de l'Akakus. C'est tout à coté de Ghat et un court transfert en 4x4 qui se termine à la nuit tombée nous dépose sur le lieu de notre premier bivouac. Chamelier et cuisiniers nous attendent, notre repas est prêt. Vénus, la Grande Ourse, Orion et consorts sont là qui tapissent le plafond de notre immense chambre car c'est à la belle étoile que je dormirai pendant ces 15 jours. Une tente commune est malgré tout à la disposition des plus frileux mais la température ne descendant pas, la nuit, au dessous de 6 à 8 degré est parfaitement supportable dans un bon duvet.
La randonnée à travers les reliefs de la falaise de l`Akakous commence, ce labyrinthe de sable et de rochers aux couleurs et formes sans cesse changeantes est un émerveillement pour l'oeil. Au fils des jours nos pas nous mènent à travers les reliefs tassiliens extraordinaires et très riches en vestiges préhistoriques. Nous nous dirigeons à travers le massif jusqu'à l'arche d'Afzejare, décor mythique de l'Akakous.
Au rythme régulier de nos chameaux, nous remontons le tassili sur un axe sud nord. Nous découvrons émerveillés les trésors de cet univers désertique, la colossale arche en trépied de Tin Khlega, les peintures rupestres du fantastique site de Techouinet qui nous content combien ces paysages désertiques étaient habités et parcourus par toute sorte d'animaux à une époque où l'eau était ici plus courante. Cette première semaine s'achève sur les paysages très purs, fait d'un amas de grès noir où le sable rouge vient se fondre.
Agrandir
Agrandir Un tranfert en minibus nous conduit 370 kilomètres plus au nord est pour la deuxième semaine de notre randonnée, dans les grandes dunes blondes de l'erg Ubari. Premier constat : il n'y a plus ici que du sable et la marche s'y avère plus pénible que dans les cailloux mais quand on aime on ne compte pas sa peine et le calme, la douceur et le silence des dunes sont un privilège sur lequel il faut transiger. Pendant cinq jours, nous randonnerons au coeur de l'erg Ubari, pour découvrir les lacs-oasis cachés au creux des dunes, tels des joyaux dans leur écrin d'or. Nous en verrons trois, dont un des plus grands de l'erg, le lac Gabraoun dont l'eau saline est utilisée pour le traitement de la peau par les Touareg, peuple majoritaire de cette région de l'Afrique. Nous verrons également le lac Mafo et l'oasis d Oum El Ma, la mère des eaux en arabe, avant de poser notre bivouac sur les hauteurs du lac asséché de Mandara.
La fin de la randonnée approche et chacun profite du petit feu, du thé et de la voix d'Abdelkader, notre musicien chanteur. Le lendemain en traversant les derniers cordons de dunes, immenses et magnifiques, je profite des derniers jeux d'ombres et de lumière dans ce sable si jaune.
De retour à Ghat nous visitons la vieille ville et allons faire un petit tour sur le marché avant le retour qui est arrivé évidemment trop rapidement.
Le désert, plus j'y vais, plus je l'aime et je crois savoir pourquoi il n'y a qu'une seul lettre qui change en désert et dessert !
Agrandir
Retour album photo Libye

Webmestre : Didier Duval
Créé : 24 Avril 2005
http://www.rando-trek.com