Accueil Rando-Trek Madère, Eden Atlantique : récit de voyage.
Accueil Rando-Trek Retour album photo Madère

Agrandir Madère, une île en plein océan atlantique au large des côtes du Maroc est rattachée administrativement au Portugal. Ce gros rocher (50 km de long sur 20 km de large) d'origine volcanique bénéficie d'un climat quasi tropical avec des températures clémentes la plus grande partie de l'année. C'est aujourd'hui une destination de vacances " hotel-mer " mais il reste possible de découvrir cette île de façon différente. C'est un trekking de 2 semaines qui m'a permis d'en faire le tour et de visiter les différentes parties de cette île. Le circuit commence par la presqu'île Saô Lourenço, ses falaises de lave et sa végétation de type désertique du fait de l'absence de pluie due au manque de relief de cette pointe.
Nous poursuivons ensuite par la côte nord (Porto da Cruz, Santana, Ilha) et dés que le relief apparaît la végétation luxuriante reprend ses droits. Les fleurs sont partout, agrippées dans le moindre interstice de rocher, dans la moindre parcelle de terre. Les agapanthes par milliers, les joubarbes, le cenesson ce n'est que multitude de couleurs. Les villages et leurs jardins sont aussi abondamment fleuris.
Les origines volcaniques de l'île apparaissent sans cesse, le relief très accidenté nous obligeant sans cesse à de fortes montées ou descentes ou à contourner collines et vallées. La côte nord arrêtant les nuages est beaucoup plus arrosée par les pluies que la côte sud.
Agrandir
Agrandir Les cultures s'adaptant mieux sur la côte sud les madèriens ont construit un système d'irrigation appelé levada, sortes de petits canaux qui courent sur pratiquement 2000 km sur l'île, creusées à flan de montagne et empruntant parfois des minis tunnels pour traverser celles-ci et amenant l'eau du nord au sud. Certaines levadas peuvent se parcourir à pied. Le cheminement le long des ces levadas est facile bien que demandant parfois quelques notions d'équilibre et de ne pas être sujet au vertige. On longe les collines à flan pratiquement sans dénivelé.
Encumeada, une crête boisée au centre de l'île qui permet de voir en même temps la côte nord et la côte sud et de révéler la dimension modeste de Madère est un point à ne pas manquer.
Ce trekking nous a ensuite amené au Pico do Areeiro point culminant de Madère à 1818 m avec ses rochers découpés et creusés par l'érosion. Le sentier parfois suspendu mais bien protégé serpente entre pics déchiquetés, aiguilles de basaltes et cathédrales de laves. Les couleurs sont étonnantes: noir de jais, ocres, rouges et jaunes.
A cette altitude, en hiver la neige peut recouvrir les sommets alors que la côte sud distante d'à peine 10 km peut jouir d'une température de 20°C. Nous poursuivons la randonnée par le plateau Paul da Serra, zone très ventée qui est équipée d'éoliennes pour la production d'électricité.
Agrandir
Agrandir Nous abordons la côte sud par Calheta, puis Ribeira Brava, Câmara de Lobos port artisanal ou le cabillaud (morue) est encore séché au soleil et enfin Funchal la capitale.
La grande absente de Madère c'est la plage, mis à part une ou deux petites plages de sable noir les rochers plongent tout de suite dans l'océan et les fonds atteignent rapidement 1000 à 1500 m. C'est le royaume de l'espada poisson noir à la chair fine, blanche et succulente que l'on peut trouver sur le marché et dans les restaurants de Funchal. On a rarement pied à plus de quelques mètres du rivage, les baignades sont par conséquent réservées aux bons nageurs (les amateurs de baignade moins expérimentés pourront profiter des piscines naturelles de Porto Moniz sur la côte nord) mais quel délice que de trouver toute l'année une eau claire entre 20 et 24°C !
Retour album photo Madère

Webmestre : Didier Duval
Créé : 15 Decembre 2001
http://www.rando-trek.com